Avertir le modérateur

18/06/2012

LES TERRORISTES VIENDRONT REMERCIER LA FRANCE DANS QUELQUES ANNEES...

Services occidentaux et israéliens à l’aide de l’insurrection syrienne

L’équipe du site

Soutien logisique occidental et israélien 

Le Daily star Sunday a révélé que les services de renseignements américains CIA et britanniques MI6 transmettent aux milices syriennes insurgées les photographies prises par leurs satellites, illustrant les mouvements des troupes syriennes sur le sol.
Sont également transmises les écoutes effectuées par ces satellites sur les troupes de l’armée régulière et qui permettent de connaitre les plans qu’elle a mis au point.
Pour sa part le site en ligne du journal palestinien AlManar a révélé que des cellules de renseignements israéliennes se trouvent en Libye pour superviser les opérations de trafic d’armements vers la Syrie et empêcher leur envoi au Sinaï ou dans la bande de Gaza.

Sur un autre plan, plusieurs medias alternatifs ont révélé que Bassima Kodmani, la porte-parole du Conseil National syrien, coalition d’une partie de l’opposition syrienne de l’étranger, (seule instance reconnue par les Occidentaux, les monarchies arabes et les Turcs comme représentante de l’opposition syrienne), participait au séminaire Bilderberg, organisé cette année en Virginie aux Etats-Unis. Sachant que cette enceinte qui regroupe entre 130 et 140 personnalités du monde des affaires et de la politique est soupçonnée par les plus sceptiques d’être un cénacle d’obédience maçonnique, et par les moins sceptiques, d’être un « club d’oligarques » qui craint plus que tout le pouvoir du peuple et œuvre pour le soumettre. (Selon Chritophe Deloire co-auteur d’un livre sur ce club intitulé « Circus Politicus »- (Albin Michel)).
Dans la liste des invités figurent deux personnalités israéliennes et des personnalités sécuritaires américaines de premier rang.
La participation de Kodmani révèle le niveau d’implication de cette soi-disant « opposition syrienne » dans les rouages de l’ordre mondial. Kodmani entretient aussi des liens tres etroits avec des cercles sionistes ou pro israéliens.

 
Lorsque l'ASL fait pire que les services de sécurité

 

Et pour mieux connaitre cette « opposition », il suffit de voir les exactions commises par son bras armé, l’Armée syrienne libre, dont les exactions qui frisent la barbarie n’ont rien à envier aux méthodes féroces des régimes les plus despotiques, longtemps reprochés au services du régime.

 Depuis vendredi, les sites syriens se font l’écho d’un assassinat en plein jour commis contre un syrien proche du gouvernement s’appelant Mohammad Mohsen Rachid. Il a été jeté par la fenêtre de son appartement situé au troisième étage d’un bâtiment de la localité Nabek, au nord de Damas, devant son épouse et ses enfants, et tous ses voisins. Preuve supplémentaire de cette opposition barbare : les images de son exécution ont été diffusées sur la toile, avec pour seul commentaire que c’est le sort qui attend ceux entretiennent des liens  avec les forces de l’ordre. Rachid informait les forces gouvernementales des cachettes d’armements et des miliciens qui se sont multiplié dans cette localité. Selon des témoins, s’exprimant pour le site « taht- el-Mijhar », 4 miliciens armés de la brigade Nour  ont perquisitionné sa maison et l’ont jeté à travers la fenêtre.

Kidnappings, banditisme, pillage, liquidation

Ce lundi, des miliciens ont kidnappé dans la province de Hassaké un officier de police. Alors qu’une milice de quelques 25 hommes armés ont attaqué une société pétrolière (Kawkab) et en ont volé 8 véhicules.   
4 miliciens ont été tués, dont leur commandant d’Al-Qaida Abou Koutada, dans l’explosion d’un engin explosif qu’ils étaient en train de confectionner, dans la région de Mou Hassan. (TV Ikhbariyya)
La chaine de télévision iranienne arabophone AlAlam a confirmé la mort du commandant de la brigade « Al-Mouatassem Bi-l-llah »dans la ville de Homs alors que les forces syriennes ont arrêté 40 miliciens armés à Qodsiyya et qui étaient venus dans leur majorité des quartiers de Bab Amro et de Khalidiyyé. Des arrestations ont aussi eu lieu selon « Syrian Documents » à Hama, dans la province de Deraa, et à Lattaquié. 
Toujours à Homs, 4 éléments des forces de l’ordre ont été tués et 8 autres blessés dans des accrochages avec les miliciens. Selon le site Arab Press, l’armée syrienne a suspendu ses opérations dans la vielle ville de Homs, vu que 800 personnes civiles y sont assiégées et sont pris comme bouclier humains par les insurgés.
Dans les environs d’Alep, les actes de banditisme se poursuivent. Ce lundi c’est le propriétaire d’une usine qui a été kidnappé de sa ferme située à Tel Refaat. Les ravisseurs auraient demandé une rançon de 15 millions de livres syriennes. Banditisme aussi dans la province de Hama, où des hommes armés ont pillé trois wagons de train, se rendant en Irak, et transportant de l’huile d’olive, des tissus et des marchandises en plastique. Et dans le gouvernorat d’Idleb aussi, où des miliciens armés ont incendié des produits agricoles à Jisr Al-Choghour. 
La chaine de télévision syrienne « Ikhbariyya » a révélé qu’une quantité d’armes acheminées  du Liban a été confisquée dans la région Jisr Bagdad .


Version AFP-OSDH
  
 Selon l’Observatoire syrien des Droits de l’homme, les forces gouvernementales ont repris le bombardement de la ville rebelle de Homs (centre) et menaient des opérations dans la province de Damas.
   Près de la ville, quatre combattants rebelles ont péri dans des combats avec des soldats dans la région de Qousseir. Un civil a péri dans des bombardements menés contre la ville voisine de Rastane, de même source.
   Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a affirmé ce week-end que 30.000 soldats et membres de milices pro-gouvernementales assiégeaient Homs, appelant à une résolution de l'ONU contraignant Damas à cesser la répression.
   L'OSDH avait pour sa part fait état de "1.000 familles assiégées" à Homs, alors que le chef de la mission de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, a annoncé samedi la suspension des opérations des observateurs, lançant un appel pour évacuer les civils.
   Dans la province de Damas, plusieurs localités font l'objet de vastes opérations de l'armée.
   Six civils, dont deux enfants, ont été tués dans de "violents bombardements" de Douma, à 13 km au nord-est de Damas, alors que des combats nocturnes ont opposé les forces régulières aux rebelles, a indiqué l'OSDH faisant état d'autre part de l'explosion d'un engin piégé à Mouadamiyet al-Cham, tuant un civil.
   Dans la nuit, la ville de Qoudsaya à l'ouest de la capitale, a été la cible de "violents bombardements aux armes lourdes", après une manifestation contre le régime, selon un militant sur place et les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain.
   "D'importants renforts militaires sont arrivés à Qodsaya, soumise à un siège étouffant", a indiqué Farès Mohammad, membre des LCC.
   Entre-temps, le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, a fait état de "la mort de centaines de terroristes ces trois dernières semaines aux portes de Damas".
   "Les combats se poursuivent entre l'armée syrienne et des terroristes qui tentent d'entrer à Damas", affirme Al-Watan assurant que "l'armée et les services de sécurité ont fait trembler le sol sous les pieds des terroristes qui voulaient entrer à Damas pour y déstabiliser la sécurité".
   Dans la province de Deir Ezzor (est), six personnes dont deux rebelles ont péri dans une explosion à Mouhsen et des affrontements.
   Dans la région de Deraa (sud), berceau de la contestation, un civil a péri  dans les bombardements nocturnes de Bosra al-Cham, et un autre civil a péri sous les tirs des forces de sécurité à Tafas.
   Des affrontements entre soldats et rebelles ont d'autre part eu lieu à Loujat et Cheikh Meskine, dans la même province.
   Par ailleurs, dans la région de Hama (centre), deux fillettes ont été tuées  dans le bombardement de la localité de Qalaat al-Madiq, et un civil a péri sous les tirs d'un barrage de la Sécurité.
   Deux autres civils dont une femme ont péri sous les tirs à Alep (nord), deuxième ville de Syrie, d'après l'OSDH.
   L'organisation a fait état en outre de la mort d'au moins neuf soldats de l'armée régulière dans des combats à l'aube dans les provinces de Deir Ezzor et de Damas.

source : http://www7.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=68999&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu