Avertir le modérateur

29/06/2012

CES TERRORISTES QUE LA FRANCE SOUTIENT, SE RETOURNERONT UN JOUR CONTRE LA FRANCE...

Lourdes pertes pour les miliciens... Al-Qaida change de main en Syrie
L’équipe du site

Les forces gouvernementales syriennes poursuivent leurs attaques contre les bastions des miliciens dans plusieurs régions syriennes.

Surtout à Homs, où les bombardements et les accrochages ne connaissent pas de répit, les insurgés essuyant de lourdes pertes.

«  Au moins 20 hommes armés ont été tués et des dizaines ont été blessés durant des opérations importantes des forces gouvernementales à proximité de Deir Baalaba, et de Tel Bisseh où des opérations de trafic d’énormes quantités d’armement ont été avortées », a signalé une source syrienne de la province de Homs pour Arab Press.
Le site révèle aussi que 8 véhicules dotées de mitrailleuses ont été confisqués ou détruits. Selon Syrian Documents, suite aux accrochages de dimanche dans les quartiers de Homs durant lesquels 5 militaires réguliers ont été blessés, des informations font état de la mort du milicien de la brigade d’Al-Farouk, Firas Tlass, qui n’est autre que le frère du chef de la brigade d’Al-Farouk très médiatisé Abdel Razzak Tlass.

Un chef milicien tué 

Dans le quartier Sultaniyyeh, proche de Baba Amro, les forces de l’ordre ont aussi tué plusieurs miliciens la brigade des Révolutionnaires de Baba Amro, dont leur dirigeant Idriss Soued. Cette mort a été annoncée par le groupuscule qui a précisé qu’il a succombé ainsi que son assistant dans la chute d’un obus dans la région de Kfar Aya, lors d’une opération perpétrée contre les forces gouvernementales.

Rivalités entre miliciens de Homs

Selon Arab Press, la mort du chef milicien Soued a suscité la colère de ses camarades, qui soupçonnent des brigades de l’insurrection de l’avoir vendu à l’armée régulière pour se débarrasser de lui. D’autant plus qu’il était le principal chef de l’insurrection à Baba Amro d’après les miliciens de la brigade des Révolutionnaires, lesquels reprochent  aussi à la brigade d’Al-Farouk, d’avoir fait passer l’information de la mort de son dirigeant comme si de rien n’était.
Abdel Razzak Tlass

« les medias qui ont double-poids et double mesure voudraient mettre la lumière sur la brigade d’Al-Farouk et son chef Tlass en le montrant qu’il est le véritable défenseur de Baba Amro, seulement parce que c’est un dissident de l’armée syrienne et parce qu’ils veulent montrer que la bataille est entre l’armée régulière et l’armée syrienne libre alors que la réalité est toute autre », s’est plaint un dirigeant de la brigade des Révolutionnaires de baba Amro, selon lequel

«  Tlass est devenu une star de cinéma qui détruit un char tombé en panne sur les confins de Baba Amro et joue avec les enfants du quartier ce qui lui a fait oublier ses véritables devoirs. Rares sont les fois où il se promène dans les régions sinistrées sans une caméra qui filme ses agissement artificiels ».

Concernant la situation à Homs, l’Observatoire syrien des Droits de l’homme, principale instance, qui de son siège londonien s'érige le droit de répertorier les évènements syriens, "le quartier de Jouret al-Chiyah est violemment bombardé par les forces gouvernementales qui tentent d'y pénétrer", ajoutant qu'un tireur embusqué avait tué un civil dans la nuit de dimanche à lundi dans le quartier al-Qarabis. Alors que l’AFP a fait part d’un communiqué qu’elle dit qu’il est signé par les habitants de Homs, lesquels auraient lancé un appel au secours aux organisations internationales, affirmant faire l'objet d'un "génocide" depuis près de trois semaines. Sachant que la ville de Homs a été abandonnée par l’écrasante majorité de ses habitants

Dans la province d’Idleb, près de la frontière turque, « 4 terroristes ont été tués ce lundi dans l’explosion prématurée d’une voiture piégée à Kafar Noubol, destinée à un barrage des forces de l’ordre ». Selon Arab Press, le véhicule transportait quelques 500 Kg d’explosifs.
 

L’OSDH dit quant à lui que deux civils ont été tués dans l'explosion de leur voiture à Kafar Noubol, qu’un rebelle a été tué dans des combats avec l’armée, et un civil a été tué et 10 autres blessés dans des bombardements à Maaret al-Noman. 

 

A Deir EzZor, le site Arab-Press indique que l’armée syrienne a perquisitionné les bastions des miliciens dans plusieurs quartiers de la ville confisquant des armes, des appareils de communication, de grandes sommes d’argent et des passeports. Des accrochages ont eu lieu et plusieurs insurgés ont été tués.
Dimanche une quarantaine de miliciens ont péri dans une embuscade contre un groupe qui se préparait à prendre d’assaut une caserne de l’armée située au confins de la ville, alors qu’a l’intérieur de la ville, 15 miliciens ont été abattus. selon Arab Press, une cinquantaine d’hommes armés ont également péri dans la région de Jbeila..
Ce jour même, le mufti de la région de Deir EzZor, cheikh Abdel Kader ArRawi a été enlevé alors que Samedi, le maire de la ville Samir Ossmane Cheikh a essuyé des tirs et fut blessé à la main.

Du côté de Lattaquié, l’armée syrienne a capturé dimanche deux insurgés alors qu’ils étaient sur le point de planter des engins explosifs. À l’aube, une charge avait tué un homme et un enfant.

Alors qu’à Alep et ses environs, où ce sont surtout les civils qui pâtissent des agressions des insurgés, une charge déposée dans une poubelle a explosé dans un quartier populaire dans les résidences Hanano, endommageant une voiture; un groupe armé a tué un employé du ministère de l’éducation qui emmenait en voiture les copies des examens scolaires officiels de fin d’année au centre de notation, et blessé une enseignante et sa fille qui étaient en sa compagnie. ( les fonctionnaires du secteur public sont constamment la cible des miliciens, en particulier ces derniers temps ceux liés aux épreuves des examens officiels que les insurgés ont tentées de torpiller.)

Dimanche, le fils d’un homme d’affaire a été libéré après 7 jours de détention. Selon le site « Tahte-l-Mijhar » ses ravisseurs qui avaient exigé une rançon de 15 millions de livres syriennes ont baissé son montant.

 

Informations sur des défections

Des sources médiatiques turques ont fait état de la défection d’un général syrien.
 Selon l’Agence Anatolie, Le général, est entré en Turquie par la province de Hatay (sud) en compagnie de deux colonels et 30 autres soldats ainsi que leurs familles, soit au total un groupe de 196 personnes comptant de nombreuses femmes et enfants.
Mais l'agence n'a précisé ni l'identité, ni les fonctions, ni publié des photographies du général en question, se contentant de signaler que le nombre de généraux déserteurs s’élève à 13.

Samedi dernier, à peine des sources médiatiques arabes ( dont la télévision financée par l’Arabie saoudite Al-Arabiyya) ont annoncé la défection de 7 pilotes syriens qui ont rejoint leur collègue en Jordanie, que cette information s’est avérée fausse : dimanche, Amman a démenti avoir accueilli quiconque d’autre que le colonel dissident Hassan Merhi. 

 

Al-Akhbar : le groupuscule Jabhat d'Al-Qaida affaibli

Dans son numéro de ce lundi, le journal libanais Al-Akhbar a indiqué que les services de renseignements syriens sont parvenus à infiltrer le groupe d’Al-Qaida œuvrant en Syrie sous l’appellation « Jabhat-Nusrat au Levant », et auteur de la plupart des attentats-kamikazes aux voitures piégées. Plusieurs commanditaires de ces attentats ont pu être arrêtés, et leurs auteurs ont été identifiés. Ce coup de filet a été réalisé après l’attentat perpétré contre le siège des renseignements à Deir EzZor le 19 mai dernier, et grâce à l’un des éléments de ce groupuscule. La télévision syrienne a réalisé un documentaire sur les deux attentats qu’il a perpétrés et dans lequel elle a interviewé des proches et des amis des kamikazes.

Brigades Azzam prend le relai

AlAkhbar en a également conclu que le groupuscule d’Al-Qaida, « les Brigades Abdallah Azzam » qui comptent prendre en main la situation dans les pays du Levant. Dimanche, elles ont diffusé sur leur site internet un communiqué vocal dans lequel a été désigné comme Prince du Levant   le saoudien Majed Al-Majed. Celui-ci qui s’était caché dans le camp des réfugiés palestiniens au Liban à Aïn Héloué l’a quitté dernièrement pour se rendre en Syrie. Le journal libanais constate que c’est la première fois qu’un saoudien est en charge de poste, alors qu’il était convenu qu’il soit confié à un membre originaire d’un des pays du Levant (Syrie, Liban, Palestine, ou Jordanie).

Al-Qaida : redorer son image pour quelque temps

Concernant le projet que les brigades veulent promouvoir, on retrouve la rhétorique d’Al-Qaida : «  un changement radical qui passe par le déracinement du régime », mentionne le communiqué, prévoyant que « la révolution syrienne aura un impact sur le monde entier, pour libérer toute la nation ».
Mais le communiqué de ces Brigades semble esquisser une nouveauté : une tentative de redorer leur image et de se démarquer de la Jabhat-Nusrat, comme s’il s’agissait de tirer les leçons de leurs fiasco. En appelant à « éviter le recours aux voitures et aux ceintures piégées dans les villes ». Or, quand il étale l’objectif d’une telle recommandation, il n’est autre que «  de préserver la popularité de la révolution ». Et non point de ménager les civils.

D’ailleurs, un autre paragraphe verse dans la même logique :  «  ceux qui ne sont pas impliqués avec le régime dans la bataille, il est du devoir de les épargner ou de les encourager, comme pour les Chrétiens, les Druzes ou autres et tous ceux qui se sont abstenus (de toute position) ou ont exprimé des positions de soutien à la révolution », dicte le communiqué.
A contrario, cet appel signifie que tous les autres catégories, surtout ceux qui soutiennent le régime, civils soient-ils, seront dans leur collimateur.

Et pour finir, le communiqué ne manque pas un petit mot pour l'Iran et le Hezbollah: " Le monde a vu comment le régime syrien reçoit l'aide des criminels d'Iran et des enturbannés du parti chiite au Liban qui n'ont rien épargné pour secourir leur frère dans l'égarement et leur partenaire dans le crime"... Un message qui en dit long! 

source : http://www4.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=69849

PAYS OCCIDENTAUX, BIENTOT VOTRE TOUR : Attentats, massacres de civils, spoliations…

La résistance à l’Empire atlanto-sioniste se joue en Syrie
 

Après les soulèvements en Tunisie et en Egypte, qui furent populaires et destinés à renverser des despotes soumis à l’Empire, ce dernier, par le biais des médias, a voulu nous faire croire en l’existence d’un « Printemps Arabe », vent de démocratie à la sauce occidentale qui balaierait les « tyrans ». Il faut le dire et le répéter : il n’existe pas de « Printemps Arabe ». Seulement deux mouvements de révolte, en Egypte et Tunisie, vite récupérés par les mondialistes.

La Libye est la preuve ultime de cette escroquerie : un pays plutôt prospère, qui connaissait certes des lourdeurs et une opposition, mais le niveau de vie y était plus que satisfaisant. Un pays qui finançait de nombreux projets de développement dans toute l’Afrique et s’apprêtait à lancer une monnaie concurrente du dollar, le dinar or. Et voilà que d’un coup, on nous fait le coup de la révolte du peuple contre le tyran, en l’occurrence Kadhafi ! La réalité est qu’il s’agissait d’une minorité, armée et financée par les pétromonarchies du Golfe et les services occidentaux, qui a déclaré la guerre à un pouvoir légitime en place. La suite on la connait : bombardements massifs de l’OTAN, lynchage de Kadhafi, assassinat d’une bonne partie de sa famille, massacres racistes anti-Noirs, et, cerise sur le gâteau ou plutôt immondice sur le tas de fumier : le monstre BHL tournant un film sur un monceau de cadavres pour glorifier son image… La Libye vit actuellement les heures les plus sombres de son histoire.

Les occidentaux et les monarchies wahhabite-sionistes ont tenté de réitérer cette abomination contre la Syrie. Même scénario : on prétend, médias serviles à l’appui, qu’un affreux dictateur sanguinaire – Bachar El Assad – massacre son peuple qui se soulève pour réclamer la liberté et la démocratie. La réalité, pour ceux qui s’intéressent de près à ces questions, est encore une fois toute autre : des mercenaires, financés et armés par des agents de l’étranger – les mêmes qu’en Libye – sèment la terreur dans le pays. Attentats, massacres de civils, spoliations…

En réalité, Libye et Syrie sont depuis très longtemps dans le collimateur des puissances impériales et d’Israël. Pour la Libye, l’existence d’un pays arabe et musulman prospère, disposant de très importantes réserves de pétrole, qui œuvre depuis longtemps à l’édification d’une réelle indépendance de l’Afrique et du monde Arabe face à la domination impériale, était une perspective insupportable pour les yankees. Ajoutons que les sionistes ont toujours détesté Kadhafi pour ses déclarations anti-israéliennes et son soutien actif, financier et militaire, apporté aux palestiniens. Notez qu’il s’agit exactement de la même configuration que pour l’Irak de Sadam ! Il n’y a pas de hasard !

S’agissant de la Syrie, les choses sont tout aussi claires : il s’agit d’un Etat allié de l’Iran, que les sionistes souhaitent depuis très longtemps raser pour son insoumission à l’entité terroriste. Renverser Assad permettrait à Israël d’éviter d’avoir à ses portes un soutien des Perses.

Pour détruire les germes de rébellion AUTHENTIQUE dans le monde musulman, l’empire a naturellement noué alliance avec les monarchies wahhabites. Qatar et Arabie Saoudite, nous le savons depuis longtemps, sont des esclaves des occidentaux ; par leur haine des chiites et des sunnites non wahhabites, ils se sont alliés au démon qui leur a fait croire qu’ils pourront mettre en place des Etats de la même obédience dans tout le monde Arabe.

Quels sont les objectifs de cette entreprise de subversion mondiale ? D’abord, nous avons vu qu’il s’agit de préparer une future guerre contre l’Iran. Mais de manière plus large, il faut rappeler que des juifs extrémistes, qui détiennent les rênes du pouvoir en Occident – via l’AIPAC, le CRIF, la LDJ, l’AJC, le Bnai Brith, Bilderberg etc…- , croient qu’ils règneront sur le monde après que celui-ci soit détruit par une immense guerre occident-orient.

Certains, comme Rav Ron Chaya, l’avouent sans aucune ambigüité, et c’est tout à son honneur. Il semble alors que leur idée soit de placer, dans tous les pays musulmans, des pouvoirs à la sauce saoudienne ou qatarie, c'est-à-dire des caricatures vivantes qui insultent par leur comportement l’Islam et les musulmans. Rappelons que ces deux Etats scélérats appliquent de manière impitoyable la loi pénale islamique aux plus humbles, aux pauvres et aux enfants sans appliquer aucune indulgence comme nous l’a enseigné le Prophète (sas), tout en laissant les dirigeants, criminels, traitres et pervers, commettre les plus graves violations des principes sacrés ; et que leur particularité est d’être complètement intégrés dans le système financier mondial, participant à l’escroquerie de cette monnaie de papier qu’est le dollar et de ce fait en laissant prospérer l’empire US, en lui laissant de surcroit construire des bases militaires où s’y déroulent les pires actes blâmables, et profiter du pétrole en abondance. C’est ensuite qu’aux yeux de l’opinion publique, il deviendra urgent de lancer une guerre mondiale contre ces affreux « barbus »…

Cet intérêt rejoint en partie celui des fanatiques néoconservateurs américains. Pour ces derniers, la plus grande menace est représentée par la Russie et la Chine. Les USA étant sur le point de s’écrouler, vu l’état de leur économie rongée par la spéculation et la finance rapace des usuriers de Wall Street, ils craignent par-dessus tout l’avènement de ces deux puissances. Or, ce n’est pas hasard si Chine et Russie, ayant compris qu’ils étaient aussi la cible, soutiennent la Syrie : cet Etat, ainsi que l’Iran, sont des alliés stratégiques de ces deux grands pays.

Plus que jamais, il faut marteler que les insurgés syriens sont des fanatiques, marionnettes avant tout de l’Empire judéo-atlantiste. Des gens sans cervelles, qui assassinent leurs propres frères en croyant œuvrer pour la grandeur de l’Islam, mais qui en réalité servent ses pires ennemis.

source : http://www4.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=70319&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

27/06/2012

PS OU UMP C'EST PAREIL, LA RIGUEUR C'EST MAINTENANT

France : "La rigueur, c'est maintenant", par Jean-Marc Vittori

France : "La rigueur, c'est maintenant", par Jean-Marc Vittori

 

 

IRIB-Socialiste au volant, rigueur au tournant ? A peine François Hollande installé à l'Elysée,...

 

.. voici que les Français perdent de l'argent. Leur pouvoir d'achat devrait reculer de près de 1 % d'ici à la fin de l'année, matraqué par les impôts. Dans la note de l'Insee qui brosse le tableau de la conjoncture, la seule progression à deux chiffres pour l'année 2012 concerne les prélèvements fiscaux des ménages (+ 10,1 %). Les Français avaient déjà connu une récession de leur pouvoir d'achat en 1983, quand les socialistes avaient négocié, après deux années de dépenses débridées, le fameux « virage de la rigueur », sous la houlette de Jacques Delors, alors ministre des Finances et père de l'actuelle première secrétaire du PS, Martine Aubry.

Même cause, mêmes effets ? En réalité, 2012 n'a que peu de rapport avec 1983. D'abord parce que les socialistes n'ont pas encore pris l'inévitable tournant. La rigueur actuelle vient pour l'essentiel de l'équipe précédente. En bons tacticiens politiques, le président Nicolas Sarkozy et son Premier ministre, François Fillon, avaient décidé l'an dernier toute une série de hausses d'impôt... qui vont se concrétiser dans les prochaines semaines. Cette rigueur va être accrue par les mesures fiscales promises par le candidat Hollande, qui exerceront surtout leurs effets à partir de 2013. Le mini-coup de pouce donné au SMIC n'y changera pas grand-chose.

Ensuite, le paysage économique est très différent. Dans les années 1980, le pays était sur une pente de croissance de 2 % l'an. Aujourd'hui, il est au fond de la cuvette, sur une pente de croissance nulle. L'Institut de la statistique prévoit trimestre après trimestre des taux de croissance voisins de zéro, qu'il s'agisse de la production, de l'investissement, de la consommation, du commerce extérieur ou des stocks. Ce marasme ne surprendra que ceux qui voulaient croire à la reprise en 2010-2011 après la dégringolade de 2009. L'activité était alors soutenue par le budget. Aujourd'hui, c'est l'heure du rééquilibrage des comptes publics après celui des comptes privés. Cet ajustement nécessaire n'est pas suffisant. Sans aller chercher la croissance avec les dents, sans non plus creuser le déficit budgétaire, le président et son équipe devront préciser dans les mois qui viennent les leviers qu'ils comptent activer pour dynamiser l'économie. Les 130 milliards d'euros d'investissements européens constituent une piste. Il en faudra d'autres, à l'échelon communautaire mais aussi et surtout à l'échelon national.


source : http://french.irib.ir/info/international/item/197067-france-la-rigueur,-c-est-maintenant-,-par-jean-marc-vittori

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu