Avertir le modérateur

10/07/2012

MORSI, LA NOUVELLE MARIONNETTE DES ETATS UNIS

Obama invite le nouveau président égyptien à visiter les Etats-Unis  09/07/2012

 

Obama invite le nouveau président égyptien à visiter les Etats-Unis

 

LE CAIRE, (Xinhua) -- Le président américain Barack Obama a officiellement invité le nouveau chef de l'Etat égyptien Mohamed Morsi à visiter les Etats-Unis pour discuter des relations bilatérales, a rapporté dimanche l'agence de presse officielle égyptienne MENA.

Les autorités égyptiennes ont été informées de cette invitation par le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns lors d'un entretien avec M. Morsi dimanche après-midi.

M. Morsi a été invité à faire cette visite lors de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU en septembre.

Qualifiant son entretien avec le président Morsi de "constructif", M. Burns a affirmé avoir transmis le message de M. Obama qui affirme la volonté du gouvernement américain de construire un nouveau partenariat avec l'Egypte basé sur les principes des intérêts communs et du respect mutuel.

Par ailleurs, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton devrait visiter l'Egypte à la mi-juillet.
 

AFFAIRE MERAH : CREER UNE POLEMIQUE POUR OUBLIER LA MANIPULATION DE CES MEURTRES

TF1 ressuscite la voix de Merah Dérapage ou manipulation ?  09/07/2012

 

TF1 ressuscite la voix de Merah Dérapage ou manipulation ?

 





Et si TF1 a été manipulée ? La diffusion par la chaîne française d’extraits de discussions entre Mohamed Merah et la police française pourrait n’être, en fin de compte, qu’un grossier montage orchestré par les barbouzes français pour se défendre de l’assassinat du tueur de Toulouse et de Montauban, thèse défendue par Me Zahia Mokhtari, l’avocate algérienne de Mohamed Benalal Merah, le père de Mohamed.

Ainsi, au moment où la défense de ce dernier se mettait en place et que Me Mokhtari déclarait, depuis plusieurs semaines, qu’elle allait se déplacer à Paris pour remettre à la justice deux vidéos et des documents photos prouvant, selon elle, que Mohamed a été «liquidé pour ne pas parler», l’affaire TF1 éclate.

«Nous disposons de deux vidéos et des documents photos ainsi que des témoignages attestant que Mohamed Merah a été liquidé et que les forces de l’ordre aurait pu arrêter pour s’expliquer.
...

Lire la suite

08/07/2012

L'IMPERIALISME AMERICAIN MENERA LE MONDE A LA PERTE

L'Amérique d'Obama, Etat fasciste? , par Karim Mohsen

 

 

IRIB- L'effondrement des Tours Jumelles du "World Trade Center" de New York, le 11 septembre 2001,...

 

... a induit une singulière accélération des choses, notamment, aux Etats-Unis, où l'on enregistre, chaque jour, une régression plus accentuée des libertés sous prétexte de protection des... «libertés». L'attaque contre New York avait donné lieu à l'avènement, sous la présidence de G.W. Bush, au fameux «Patriot Act» - qui permet l'incarcération pour de longues durées et sans jugement de tout suspect étranger. Depuis, celui-ci a fait des petits. Ainsi, en décembre dernier, le président Barack Obama, qui venait juste de recevoir le prix Nobel de la Paix, avait, outre renouvelé le «Patriot Act», signé une loi, la «National Defense Authorization Act, for Fiscal Year 2012» (Ndaa) qui élargit cette détention aux citoyens américains, «suspects d'avoir collaboré avec le terrorisme ou groupes «identifiés» comme tels». Cela sans procès, ni limitation de durée comme le laissent entendre les articles 1.031 et 1.032 de la loi Ndaa. En fait, l'Etat policier est en marche dans la patrie de l'«habeas corpus», cette invention de la démocratie qui énonçait que tout homme ou femme est présumé(e) innocent(e) avant que le contraire ne soit prouvé. Avec son sourire et ses mines d'enfant sage, M.Obama semble, en fait, plus dangereux, pour les libertés individuelles et collectives que ne l'a été son prédécesseur qui n'a pourtant pas eu la «main légère». Le "Patriot Act" avait bien prévu la possibilité de son application aux citoyens américains qui auraient pu être détenus sans jugement pour des durées indéterminées. George W.Bush n'avait pas franchi cette ligne «rouge», attentatoire aux libertés citoyennes que Barack Obama ne semble pas avoir eu trop de difficultés à dépasser. Certes, le Président Obama a pris la «précaution» de dire qu'il est contre la loi Ndaa, cela ne l'a pas empêché de la signer, alors que la Constitution lui donne la possibilité d'y opposer son veto. Il ne l'a pas fait. A chacun d'interpréter cela comme il l'entend. Dans cette course à la restriction des libertés, une série de lois devaient, également, voir le jour, tels les «projets Sopa, Pipa, Acta». Des sigles, sans doute, barbares, mais lourds de danger pour les libertés. Pas seulement américaines, mais également pour les autres contrées dans le monde, dès lors qu'elles concernent le piratage, Internet et d'une manière générale la communication électronique. Face à la levée de boucliers, le Sénat américain avait reporté l'examen du projet «Sopa», mais cela semble juste, partie remise. De fait, les lois «Sopa» et «Pipa» devront, une foi promulguées, permettre d'interdire des sites Internet, sans aucune décision judiciaire et pour des motifs aux définitions très extensives. Et pour couronner le tout, la loi Acta (Anti-Counterfeiting Trade Agreement, «Accord Commercial Anti-Contrefaçon»), négociée, dans le plus grand secret, par 39 pays - dont les Etats-Unis, le Maroc et les Emirats arabes unis - Il s'agirait, en fait, de surveiller et censurer les internautes, sans aucune possibilité de recours, pour ces derniers. En fait, le mouvement «Occupy Wall Street» et la montée crescendo des révoltes, aux Etats-Unis, font craindre le pire à ceux qui détiennent les leviers du pouvoir, aux States. Obama, qui a, déjà, cédé, face aux forces de pression des banques et de "Wall Street", (responsables de la crise financière, dans le monde) cède, ainsi, aussi, sur les libertés publiques. C'est un peu l'histoire à rebours. Ce nest pas autrement que la dictature et le fascisme hitlérien ont été adoubés. Qui se rappelle du décret d'Hitler, pour «la Protection du Peuple et de l'État», signé par le maréchal Hindenburg, en 1933, après l'incendie du Reichstag? Aussi, les meilleures intentions, si tant est que cela existe, peuvent produire les pires effets. On l'a vu, en Allemagne. Cela risque fort de se reproduire, aujourd'hui, où une minorité agissante détient les pouvoirs (militaire, financier et technologique) et contrôle le monde, réduisant, de façon imperceptible, la souveraineté des peuples et des Etats. Ces peuples et ces Etats, en sont-ils seulement conscients?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu