Avertir le modérateur

07/09/2012

APRES LA GUERRE EN SYRIE ET EN IRAN, LES TERRORISTES DEBOULERONT EN EUROPE...

« Ils étaient au moins 7.000, nous en avons tué 2.000. Il y a des Syriens venus du nord et de la campagne alépine mais beaucoup sont des étrangers: Tchétchènes, Turcs, Afghans, Libyens et Tunisiens », explique t-il en montrant des papiers d’identité de Turcs.

Ce général, qui se dit laïque, dénonce l’ « aveuglement » de la France et d’autres pays occidentaux qui soutiennent selon lui les mouvements islamistes dans la région. « Ne comprennent-ils pas que nous sommes la dernière digue qui empêchera la vague islamiste d’engloutir l’Europe ? ».


source : note d'un général Syrien

FABIUS HOLLANDE, LA TUNISIE EST A 2H DE PARIS...

Des milliers d'islamistes dans la rue pour assainir la Tunisie  07/09/2012

 

Des milliers d'islamistes dans la rue pour assainir la Tunisie

 

TUNIS - Des milliers de sympathisants d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, manifestaient vendredi pour appeler le gouvernement à assainir le pays des vestiges du régime déchu, médias et opposition en tête, au moment où ce mouvement est accusé de dérive autoritaire.

La foule s'est réunie place de la Kasbah, où se trouve le siège du gouvernement, vers 08H00 GMT et ont participé à une prière collective à la mi-journée, selon un journaliste de l'AFP.

Ils ont commencé à se disperser dans le calme peu après.

Les manifestants réclament une purge accélérée dans les administrations, les médias et le monde politique des membres du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), parti du président déchu Zine El Abidine Ben Ali.

Serrez la vis, RCD dégage, Le peuple veut l'assainissement de la justice, Le peuple veut l'assainissement des médias, pouvait-on lire sur les pancartes.

La manifestation a été organisée via les réseaux sociaux par un mouvement informel baptisé Ekbes (Magne-toi), proche d'Ennahda.

Plusieurs hauts responsables du parti se sont adressés à la foule, multipliant les attaques contre les partisans de l'ancien régime qui contrôleraient les médias et l'Appel de la Tunisie, le parti de Béji Caïd Essebsi, chef du deuxième gouvernement post-révolutionnaire, qui gagne en popularité.

Il n'est pas logique, qu'après une révolution, l'information soit entre les mains des ennemis de la révolution, a lancé Habib Ellouze, une des figures d'Ennahda, prônant la fermeté contre les forces qui complotent, notamment dans les médias.

Ennahda est en conflit ouvert avec plusieurs rédactions après avoir nommé des proches à leur tête, laissant craindre une ingérence du pouvoir politique. Les islamistes assurent simplement écarter des personnalités corrompues.

Riadh Chaïbi, un autre haut responsable islamiste, a lui lancé une attaque en règle contre l'Appel de la Tunisie, promettant une loi pour interdire de vie politique les tenants de l'ancien régime tel M. Essebsi.

L'Appel de la Tunisie est le nouveau RCD!, a-t-il lancé, nous oeuvrons pour que l'Assemblée nationale constituante adopte une loi empêchant les RCDistes de faire de la politique pendant dix ans, a-t-il ajouté.

L'opposition accuse pour sa part Ennahda de recruter des anciens du RCD et proches de l'ancien régime dont quelques caciques ont été emprisonnés.

Une première manifestation similaire avait été organisée la semaine dernière. Si celle de vendredi a réuni plus de monde, elle était loin d'être millionnaire, l'objectif affiché des organisateurs avant le rassemblement du 1er septembre.

La manifestation a eu lieu alors qu'Ennahda, qui domine la coalition au pouvoir, est accusé par une partie de la société civile et l'opposition de tenter de s'accaparer les pouvoirs en vue d'élections prévues en 2013.

Elle a aussi lieu dans un contexte d'impasse institutionnelle, la rédaction de la nouvelle Constitution, qui devait être adoptée fin octobre à l'origine, ayant pris, semble-t-il, des mois de retard.


(©AFP / 07 septembre 2012 15h42)
 

 

 

LA FRANCE DU COTE DE L'OPPOSITION, ELLE S'EN MORDRA BIENTOT LES DOIGTS...

Attentat près du Palais de justice et du ministère de l'Information à Damas  07/09/2012

 Attentat près du Palais de justice et du ministère de l'Information à Damas

Un attentat à la voiture piégée a secoué vendredi un quartier huppé de Damas, près du Palais de justice et du ministère de l'Information, près de deux heures après une première attaque dans le nord de la capitale, a rapporté la télévision d'Etat syrienne. L'explosion qualifiée de "terroriste" s'est produite dans le secteur de Mazzé (ouest), dans une rue entre le Palais de justice et le ministère de l'Information, a précisé la chaîne. Des voitures ont été endommagées selon la télévision qui n'a pas fait état de morts ou de blessés.


Deux heures plus tôt, cinq membres des forces de l'ordre ont été tués dans un attentat à la moto piégée qui a été perpétré à la sortie d'une mosquée dans le nord de Damas après la prière de vendredi, selon la télévision d'Etat, qui a qualifié l'attentat de "terroriste". L'attentat à la bombe "a eu lieu sur la place Chamdine, dans le quartier Roukneddine, alors que des membres des forces de sécurité se trouvaient près de la mosquée al-Roukniya". Par ailleurs, une bombe a explosé dans la région de Salhiyé, dans le centre de la capitale, faisant des blessés parmi les troupes régulières. Plusieurs attentats ont secoué Damas depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011, le plus meurtrier ayant fait 55 morts et 372 blessés le 10 mai dernier dans la région de Qazzaz devant un immeuble abritant un bâtiment de la Sécurité. Un groupuscule islamiste obscur a revendiqué certaines de ces attaques, alors que le régime et l'opposition s'accusent mutuellement d'être derrière ces violences.


source :http://ennaharonline.com/fr/news/14323.html http://ennaharonline.com/fr/news/14323.html
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu