Avertir le modérateur

10/12/2012

MERCI HOLLANDE, MERCI FABIUS POUR LE SOUTIENT DES REBELLES SYRIENS

Syrie : les Takfiris font des enfants des "coupeurs de tête"!!(Images ultra-violentes)

 
IRIB- Une terrible vidéo postée sur la toile met scène un enfant syrien de 11, 12 ans  exhorté, par les terroristes takfiris, à couper à la machette des bouchers, la tête d'un pro-Assad, kidnappé, quelques heures plus tôt. La victime est bien consciente, au moment du crime.

Cette vidéo a été retirée, quelques minutes après sa publication, sur la page face book Khaled Ben Walid, animée par le général déserteur de l'armée de l'air syrienne, Ghassem Saadedine. L'incident se serait déroulé, à Homs, dans la localité de Talibsseh et de Rostan. L'IRIB s'excuse de heurter la sensibilité de ses lecteurs, mais elle se voit dans l'obligation professionnelle d'informer le public français de la catastrophe, qui se prépare, en Syrie, et pour laquelle le Président Hollande a sa part de responsabilité. Ces moeurs d'un autre âge préfigurent le régime politique que les Occidentaux la Turquie et les Arabes s'apprêtent à établir, en Syrie, où le sang dira le dernier mot!

 
 
 
 

 

DES TERRORISTES S'EMPARENT D'UNE BASE MILITAIRE, MERCI LA FRANCE

Des radicaux islamistes ont conquis dimanche une grande partie de la base cheikh Souleimane assiégée depuis plusieurs semaines par des rebelles dans le nord-ouest de la Syrie, prenant de vitesse les unités de l'Armée syrienne libre (ASL) participant au siège.

Des djihadistes ont pris le contrôle d'une base gouvernementale à Alep Des djihadistes ont pris le contrôle d'une base gouvernementale à Alep

L'étendard des jihadistes, le drapeau noir frappé du sceau du prophète, flotte sur la base cheikh Souleimane. Les combats à l'arme légère se poursuivaient dans la soirée pour conquérir le reste de la caserne, située à 12 km au nord-ouest d'Alep, et qui s'étend sur plusieurs kilomètres carrés de collines caillouteuses. Il s'agit de la dernière garnison gouvernementale d'importance à l'ouest d'Alep, la métropole du nord, dans une région désormais presque entièrement sous contrôle rebelle. Un grand nombre de combattants sont des étrangers, arabes ou originaires du Caucase. L'un de leurs chefs est un Ouzbek se faisant appeler Abu Talha, que le journaliste de l'AFP avait déjà croisé dans la région. Très hostile à la présence de journalistes, ils ont refusé de préciser à quel groupe ils appartiennent.


Lire la suite

UN ETENDARD D’ALQAIDA FLOTE SUR UNE BASE SYRIENNE, MERCI LA FRANCE

AFP : Une base militaire sous le contrôle des insurgés

Des rebelles se sont emparés ce lundi de la base militaire Cheikh Souleimane, à l'ouest d'Alep. Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), « même si l'ASL (armée syrienne libre : ndlr) tente de revendiquer la victoire, ce n'est pas la sienne. C'est celle du Front (islamiste radical) Al-Nosra et des groupes qui lui sont liés", a-t-il expliqué, reflétant une fois de plus l’ampleur de la division qui déchire les groupes rebelles.

Sur ce point, un commandant de l’ASL, cité par le site d’information « arabi press », a reconnu que « des islamistes ont attaqué à notre insu la base militaire et ont mis la main sur une grande quantité de munitions, notamment des obus de mortiers et trois batteries anti-aériennes ».

Un chef local d'Al-Nosra, affilié à l’organisation terroriste d’alQaïda, a revendiqué l'attaque auprès de l'AFP. Des vidéos mises en ligne par des opposants ont montré les combattants brandir dans la base désertée l'étendard d’alQaïda.

Et alors que la communauté internationale a accusé dernièrement le régime syrien d’avoir utilisé des armes chimiques, le démenti de cette allégation est venu de l’aveu des rebelles eux-mêmes.

Un certain Abou Jalal, à la tête de l'une des rares brigades de l'ASL qui a pris part à l'attaque, a déclaré à l'AFP: "nous contrôlons toute la base et aucune arme chimique n'a été trouvée, ni de missiles anti-aériens", alors que les rebelles  prétendaient que la base en abritait.

Selon un journaliste de l'AFP qui a assisté à une partie de l'assaut, un grand nombre des combattants islamistes sont étrangers, venus de pays arabes ou du Caucase.
Un des combattants a affirmé à l'AFP qu'au moins 20 soldats qui tentaient de fuir la base avaient été tués et une centaine d'autres faits prisonniers.
 
AFP/OSDH: combats dans le nord de la capitale

Deux rebelles et un enfant ont été tués lundi dans le nord de Damas, lors des combats les plus violents constatés dans cette zone résidentielle aisée depuis le début du conflit en mars 2011, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé à Londres.
Selon l’agence France Presse, l’aviation syrienne poursuivait ses raids sur la périphérie de la capitale, tandis que des affrontements opposaient soldats et rebelles dans la banlieue de Damas, selon cette organisation.

Au total, 45 personnes, dont 22 soldats, ont été tuées lundi à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'OSDH.
Deux rebelles ont trouvé la mort lors d'affrontements dans le quartier de Roukneddine, dans le nord de Damas, a indiqué l'ONG. De son côté, la télévision officielle a affirmé que les autorités avaient tué dix rebelles ayant "perpétré des attaques et des vols" et avaient "saisi des roquettes RPG, des mitrailleuses et des fusils".

Dans la matinée, les habitants ont vu plusieurs colonnes de fumée s'échapper du mont Qassioun qui surplombe Damas, au nord.
Au sud-ouest de la capitale, "un chasseur-bombardier a mené un raid sur Daraya, où des combats opposaient rebelles et soldats au sol, tandis que l'artillerie bombardait Mouadamiya al-Cham", a annoncé l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de médecins civils et militaires à travers le pays.

Les appareils de l'armée de l'air survolaient parallèlement la Ghouta orientale, des zones de vergers où les rebelles ont établi leurs bases arrière autour de la capitale, selon la même source.

Par ailleurs, dans la province d'Idleb (nord-ouest), 22 soldats ont été tués dans des combats, notamment au sud de Maaret al-Noomane, une ville stratégique située sur la route des renforts militaires entre Damas et Alep, selon l'OSDH.

Au cours de ces affrontements, les rebelles ont fait prisonniers 20 soldats et ont mis la main sur six batteries anti-aériennes, de même source.
L'OSDH a également fait état de combats et de bombardements dans les provinces d'Alep (nord), de Homs (centre) et de Deir Ezzor (est).

source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=87781&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu