Avertir le modérateur

08/06/2012

JOURNALISTE MANIPULATEUR, JOURNALISTE DE MERDE

Une photo d’Irak pour illustrer le massacre de Houla en Syrie

olj.com | 28/05/2012

 

L'article de la BBC sur le massacre de Houla en Syrie illustrée par une photo d'Irak. Image prise sur la page Facebook de Marco di Lauro, auteur du cliché irakien.
L'article de la BBC sur le massacre de Houla en Syrie illustrée par une photo d'Irak. Image prise sur la page Facebook de Marco di Lauro, auteur du cliché irakien.

Dans la presse Erreur d'illustration sur le site de la BBC.

Bévue, aujourd’hui, sur le site de la BBC. Pour illustrer un article sur le massacre de Houla en Syrie, qui fait les gros titres de l’actualité depuis samedi, le site de la BBC a publié une photo montrant un enfant sautant au dessus de rangées de cadavres emmaillotés dans un linge blanc.

 

 

 

 

En découvrant le cliché, son auteur, le photographe Marco di Lauro, qui travaille pour Getty Images, dit au Télégraph avoir "failli tomber de sa chaise". Et pour cause, la photo a été prise le 27 mars 2003 en Irak, au sud de Bagdad.

 

En légende de la photo publiée sur le site de la BBC, il est écrit que le cliché a été transmis par un activiste, que son authenticité n’a pu être vérifiée mais qu’il est censé montrer les victimes du massacre de Houla.

 

 

 

Le régime syrien ne laissant pas les photographes et journalistes étrangers entrer et travailler librement en Syrie, de nombreuses publications à travers le monde ont recours à des photos envoyées par des activistes de la révolution syrienne. Des clichés dont l’authenticité est, effectivement, souvent très difficile à évaluer.

 

 

 

Un responsable de la BBC a indiqué que la photo avait été enlevée. Il a précisé que la BBC avait tenté de retrouver la source de l’image et avait souligné que son authenticité n’était pas établie.

 

"Ce qui me surprend vraiment, c’est qu’une entreprise d’information comme la BBC ne vérifie pas ses sources et soit prête à publier n’importe quelle image envoyée par n’importe qui : un activiste, un citoyen journaliste ou qui que ce soit. C’est tout", explique di Lauro au Telegraph.

 

 

 

Sur sa page Facebook, le photographe dénonce également le fait que quelqu’un utilise sa photo comme moyen de propagande contre le gouvernement syrien.


source : http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/761033/Une_photo_d%27Irak_pour_illustrer_le_massacre_de_Houla_en_Syrie.html

19:24 Publié dans SYRIE | Lien permanent | Commentaires (0)

DES MASSACRES POUR IMPOSER LA DEMOCRATIE, Merci à Hollande, Cameron et Obama

Tueries quotidiennes et tuerie « extra-ordinaire »

Par Guy Delorme,

Un des enfants victimes des balles "pro-démocratie" près de Lattaquié

Et pendant que l’OSDH accuse le pouvoir syrien de massacres extraordinaires à Mazraat/Al-Koubeir, sans plus de preuves et de vraisemblance qu’à Houla, les groupes armées qu’il présente comme des résistants et des démocrates continuent leur terrorisme quotidien. Dernière victime (vers 17 heures, heure française), un enfant, Mohammad Cheiboune, tué dans le mitraillage de la voiture que conduisait son père à al-Hefeh, près de Lattaquié. Quatre autres enfants ont été blessés dans cet acte de terrorisme pur, le père de famille n’étant pas militaire.

Autres victimes civiles du terrorisme « pro-démocratie », enfin disons anti-syrien,  de ce 7 juin, un juge militaire et son chauffeur : le commandant Bassem Suheil Mustafa est tombé sous les balles d’un commando qui a pris sa voiture pour cible à Hettine, un quartier de Deraa. La fille du juge a été blessée.

Dans le secteur de Homs, plus précisément celui de Talkalakh, une tentative d’infiltration d’un groupe armé depuis le Liban a été mise en échec au village d’Adlin : plusieurs activistes ont été blessés, les autres ont regagné le Liban. Autre tentative d’infiltration, cette fois-ci depuis la Turquie, à hauteur de Kherbet al-Joz (près de Jisr al-Choughour) : les insurgés ont laissé trois des leurs sur le carreau, le reliquat a regagné précipitamment le pays d’Erdogan.

Et puis un attentat-suicide à la voiture piégé a blessé un membre des forces de l’ordre à al Hrak (gouvernorat de Deraa).

Enfin, pour conclure hélas provisoirement ce panorama de la violence ordinaire, signalons ce 7 juin les obsèques de 29 nouveaux « martyrs » des forces de l’ordre : outre un général et un lieutenant-colonel victimes la veille d’assassinats à Damas et Deir Ezzor, un capitaine, trois adjudants, quatre sergents, six caporaux, onze conscrits, un policier et un employé civil ont été escortés à leur dernière demeure. Ces hommes sont tombés à Idleb, Lattaquié, Deraa, Deir Ezzor et la banlieue de Damas. En tout, une centaine de soldats ont péri depuis le 1er juin.

Revenons, après le terrorisme au quotidien, à l’ »extra-ordinaire » : des habitants de Mazraat/al-Koubeir, localité frappée vendredi par un massacre attribué aussitôt au gouvernement et à ses miliciens par l’OSDH, des habitants donc donnent leur version des faits à la télévision syrienne : on ne s’étonnera certes pas qu’elle ne soit pas celle de l’OSDH et du CNS. À vrai dire ils ne parlent d’un massacre de 80 personnes, mais de celui de neuf occupants d’une ferme à al-Koubeir, déjà annoncé par le gouvernement : trois de ces témoins, Abou Hawach, Abou Khaled et Abou Ahmd accusent donc un groupe d’insurgés de s’être introduits dans une ferme et d’avoir tué de sang froid neuf femmes et enfants, dont les corps ont été mutilés.

À noter que d’après les agences et journaux français, des vidéos montrent des corps de deux bébés et de « plusieurs enfants« , mais pas des 78 ou 80 victimes annoncées par l’OSDH.

07:30 Publié dans SYRIE | Lien permanent | Commentaires (0)

LES TERRORISTES "ENNEMIES" OU "AMIS" DES OCCIDENTAUX (UE/USA)?

Un groupe islamiste revendique le meurtre de 13 soldats soldats syriens

Mis à jour le 05.06.12 à 15h15

Le groupe islamiste du Front al Nousra, qui s'est fait connaître en décembre dernier en revendiquant plusieurs attentats dans l'est de la Syrie, déclare être responsable de l'exécution de treize hommes dont les corps ont été retrouvés le mois dernier à Daïr az Zour.

Les 13 cadavres avaient été découverts le 30 mai, les mains liées derrière le dos, par les observateurs des Nations unies, cinq jours après le massacre de Houla qui a coûté la vie à une centaine de civils et suscité une réprobation internationale.

«Chacun d'entre eux a assisté à sa propre fin de la pire des manières»

Les opposants avaient alors affirmé qu'il s'agissait de déserteurs de l'armée syrienne, mais le Front al Nousra affirme qu'il s'agit de membres des forces régulières, qu'il a capturés et interrogés le 29 mai à Daïr az Zour, avant de les exécuter.

«Dieu a permis aux lions de l'est à Daïr az Zour (..) d'obtenir les têtes d'un groupe de chiens des agences de sécurité», déclare le Front al Nousra dans un communiqué mis en ligne sur un site islamiste. «Treize de ces criminels ont été arrêtés (...) et chacun d'entre eux a assisté à sa propre fin de la pire des manières.» Les corps avaient été découverts à Assoukar, une cinquantaine de kilomètres à l'est de Daïr az Zour, principale ville de l'Est syrien.

Reuters

07:19 Publié dans SYRIE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu