Avertir le modérateur

13/10/2012

LA TURQUIE DANS LE ROLE DE PROVOCATEUR

Irak : "La Turquie est une menace pour toute la région" ! (députés)

IRIB- Les députés du parlement irakien ont apporté leur soutien au Premier ministre irakien et à ses déclarations et ont qualifié la Turquie, telle qu'elle se comporte, aujourd'hui, comme une menace contre la sécurité de toute la région.

Maliki avait qualifié d'insolent le gouvernement d'Ankara et avait appelé à l'intervention de la communauté internationale, pour faire cesser les ingérences de la Turquie, dans les affaires intérieures de ses voisins. "La Turquie fait peu de cas de l'avenir de la région et elle ne fait rien pour que les tensions s'apaisent", a affirmé le député Jamal Bahaeddine, au micro d'Al-Alam. "La politique de la Tuqruie vis-à-vis des nations musulmanes de la région, les Irakiens, les Syriens et les Iraniens, est confuse et incohérente, et ce genre d'irrégularités ne fera que faire perdre à l'AKP son ancrage populaire, en Turquie même". L'Irak dénonce les efforts de la Turquie, pour faire impliquer l'OTAN, dans la crise syrienne, ainsiq que son soutien aux terroristes arabes, en Syrie.


source : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/218573-irak-la-turquie-est-une-menace-pour-toute-la-r%C3%A9gion

07/07/2012

LE GOUVERNEMENT TURQUE CHIEN ET ESCLAVE DE L'OTAN (VA ESPIONNER VA)

Ministère russe de la défense : l'avion turc abattu, en Syrie, était en mission d'espionnage, pour l'OTAN

IRIB- Igor Korotchinko, Chef du Conseil social du ministère russe de la Défense, a réitéré l'accusation de l'appareil turc de combat, abattu, dernièrement, par la DCA syrienne, au-dessus des eaux territoriales syriennes, sur la côte méditerranéenne, précisant le caractère d'espionnage de cet appareil, pour le compte de l'OTAN.

Cité par le site électronique de "Russia today", Korotchinko a indiqué que la DCA syrienne a montré une capacité élevée de maîtrise du système de défense, car le fait d'abattre un appareil de combat, survolant, en basse altitude, exige une expérience et compétence très élevées. "Cette donne va donner une occasion aux Occidentaux de bien réfléchir, avant de s'aventurer, en envoyant leurs avions, car la DCA syrienne va certainement causer assez de pertes humaines dans les rangs de pilotes et des dégâts matériels considérables", a-t-il ajouté. "Ce sont les Syriens, qui font marcher ce système de DCA, et la Russie dispose de renseignements électroniques, sur la violation de l'espace aérien, par l'appareil turc, qui était, bel et bien, en mission d'espionnage, pour le compte de l'OTAN, et a été abattu, après avoir violé l'espace aérien syrien et transmis, auss, des données d'espionnage. En effet, cet objectif inconnu a été détruit, d'une manière juridique, au moment où il se trouvait dans l'espace aérien syrien", a-t-il expliqué. La même source a détaillé cette mission d'espionnage, dont le relevé photographique électronique de la côte syrienne, au moment où les responsables militaires turcs n'ont pas pris en compte la capacité de réplique de la DCA syrienne, lorsqu'ils ont donné l'ordre à l'apparei de survoler la côte, à basse altitude, en se basant sur la grande capacité de manœuvre dont dispose cet appareil, en cas d'attaque."Ce genre de riposte systématique à toute violation, par la DCA syrienne, constituait une gifle donnée aux militaires turcs et aux responsables de l'OTAN, car leur tentative de tester la réaction de la DCA syrienne a été vouée à l'échec", a-t-il estimé."Les tentatives de la diplomatie turque de vouloir jouer sur l'innocence et la victimisation de l'institution militaire turque et imputer la responsabilité de cet incident à la Syrie sont chose vaine", a-t-il précisé.


source : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/198946-minist%C3%A8re-russe-de-la-d%C3%A9fense-l-avion-turc-abattu-en-syrie-%C3%A9tait-dans-une-mission-d-espionnage-pour-l-otan

04/07/2012

LA TURQUIE (GOUVERNEMENT D'ERDOGAN) A DU SANG DANS LES MAINS

Syrie: Bachar al-Assad accuse la Turquie de soutenir logistiquement les «terroristes»

Mis à jour le 04.07.12 à 09h53

Le président syrien Bachar al-Assad a accusé la Turquie de fournir un soutien logistique aux «terroristes» syriens, exhortant le gouvernement islamo-conservateur turc, qui réclame son départ, à ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de la Syrie, dans un entretien à un journal turc.

«La volonté de la Turquie de vouloir s'imiscer dans les affaires intérieures de la Syrie l'a placé dans une position qui a malheureusement fait d'elle une partie prenante dans toutes les activités sanglantes» en Syrie, a-t-il dit dans un entretien accordé au quotidien Cumhuriyet, dont la deuxième partie a été publié mercredi.

«La Turquie a fourni tout soutien logistique aux terroristes qui ont tué notre peuple»

«La Turquie a fourni tout soutien logistique aux terroristes qui ont tué notre peuple», a poursuivi al-Assad confronté depuis mars 2011 à une révolte populaire. La Syrie est en proie depuis la mi-mars 2011 à un mouvement de révolte réprimé dans le sang, qui tend à se transformer en conflit armé entre l'armée et des soldats dissidents ayant notamment rejoint l'«Armée syrienne libre» (ASL).

C'est de Turquie, où il s'est réfugié avec de nombreux soldats déserteurs, que le colonel Riad Al-Assaad commande l'ASL. Mais le gouvernement turc a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'autorisait pas que des attaques soient lancées en Syrie à partir du territoire turc et ne fournit aucun soutien à cette force, après des accusations syriennes et des informations parues dans la presse étrangère.

Les «instincts sectaires» d'Erdogan

Le président syrien a en outre accusé le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, qui a vigoureusement attaqué la politique de Damas, d'agir par «instincts sectaires», ce qui attise le conflit en Syrie, selon lui. La Turquie qui partage une longue frontière avec la Syrie est majoritairement de confession sunnite tandis que l'administration de Damas, l'armée et le parti Baas au pouvoir sont en grande partie composée d'alaouites, une confession musulmane proche du chiisme.

Dans une première partie de cet entretien publié mardi, le président syrien a joué l'apaisement avec Ankara, en regrettant la destruction par son pays d'un avion de combat turc, et en assurant qu'il n'avait pas l'intention de mobiliser des troupes à la frontière entre les deux pays, autrefois alliés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu