Avertir le modérateur

08/07/2012

LA MISE A PIED DE LA LIBYE (PARTIE 2)

La guerre en Libye ou « La grande illusion » (partie 2)

La guerre en Libye ou « La grande illusion » (partie 2)

le 13 juin, 2012 dans Démocratie / Propagande, Histoire / Légendes, International / Alternational par

 

Dans notre film à grand spectacle, l’émir du Qatar ne figure pas au casting. Normal, pour faire main basse sur le gaz (ce qui arrange les américains et contrarie les russes), il y avait 2 conditions : financer discrètement l’opération et désinformer avec la CNN du Qatar : Al Jazeera.

Le complexe militaro-industriel américain, le lobby sioniste, les pétroliers, les faucons ont observé le résultat de cette guerre en se frottant le ventre. Tant de chantiers, de contrats sans trop se mouiller, sans trop avoir de victimes à déplorer côté yankee, quel bonheur de sous-traiter une guerre ! Et puis le grand plan de remaniement du Moyen-Orient, appelé « Project for the new American century » avance sans trop d’ accros, alors que demander de plus !

Comme dans un blockbuster à la Spielberg, le story-telling fut parfaitement maîtrisé pour converger vers un Happy end héroïque. Les armées de l’Otan volant de victoires en victoires, « libérant » un peuple uni contre l’oppresseur, avec un futur gouvernement composé d’anciens résistants. Soit une guerre propre avec un heureux dénouement.

Les innocentes victimes, les effroyables bombardements (30 000 bombes), les corps déchiquetés, les bras et jambes arrachées, les invalides, les orphelins, la peur et le désespoir, bref l’horreur de la guerre fut volontairement minimisée ou dissimulée. 7 longs mois de pilonnages, d’envois de missiles téléguidés, de raids aériens, de survols de drones transformés en une promenade humanitaire.

Inutile également de dire qu’il n’y a jamais eu d’unité populaire contre Kadhafi mais une guerre civile entre Tripolitaine et Cyrénaïque. Le vieux leader, de ce pays indépendant et sans dette, n’étant pas si barbare envers son peuple en matière d’éducation, de santé, d’accès à l’énergie (eau et électricité gratuites).

Yves Bonnet, ancien Directeur de la DST, révèle que Kadhafi n’a jamais bombardé sa propre population.

Mais il valait mieux montrer des charniers d’un Kadhafi démoniaque, c’est une séquence incontournable depuis Timisoara

Superflu de préciser que le Conseil National de Transition n’a rien de démocratique mais est avant tout composé de prises de guerres proches de la CIA et non reconnues par l’Union africaine. Cela pouvait nuire à la crédibilité des vainqueurs…

Enfin, le héros devait être acclamé par le peuple Libyen pour recevoir l’oscar tant mérité. Sarkozy, expert en récupération électoraliste, fut l’heureux élu. Il put ainsi redistribuer les contrats à ses amis en toute opacité (35 % du pétrole entre autres pour la France + la reconstruction partielle du pays). Le petit GI français a même reçu un satisfecit du parti socialiste, c’est dire à quel point la formule « blanc bonnet, bonnet blanc » se vérifie entre les partis de gouvernement.

                         Alexandre Freydier


source : http://diktacratie.com/la-guerre-en-libye-ou-la-grande-illusion/

LA MISE A PIED DE LA LIBYE (PARTIE 1)

La guerre en Libye ou « La grande illusion » (partie 1)

La guerre en Libye ou « La grande illusion » (partie 1)

le 12 juin, 2012 dans Démocratie / Propagande, Histoire / Légendes, International / Alternational par

 

Suite au récent succès du film de BHL, Le Serment De Tobrouk (288 entrées sur 19 salles le jour de sa sortie !), nous vous proposons enfin l’anti-scénario de Diktacratie qui avait été malheureusement refusé par les producteurs-promoteurs Levy & Cie :

La guerre en Libye ou « la grande illusion »

Cette guerre impérialo-oligarchique fut un cas d’école. Un modèle du genre. D’ores et déjà un classique. Nous l’avons appelé « La grande illusion » en référence au célèbre film de Jean Renoir. Ce n’est pas un hasard. On sait à quel point le cinéma a contribué à la réécriture impérialiste de l’histoire du monde et de ses conflits. Cette fois la guerre a été scénarisée, filmée, interprétée comme un film américain à gros budget ayant plagié le metteur en scène français.

Maîtrisant l’art de tromper, les illusionnistes au pouvoir et les metteurs en scène médiatiques ont produit une mystification spectaculaire en se donnant le beau rôle. Pour donner un supplément d’âme à cette histoire, l’inénarrable BHL, Général en chef de l’armée de Saint germain des près, fut convoqué pour précipiter la France dans cette mésaventure. Se prenant pour un intello-soldat, il prit la pose sur un Tank pour faire croire qu’il guerroyait sur le théâtre des opérations. Dans ce cas, le mot « théâtre » est approprié à « l’opération » de manipulation médiatique. Car le pédant mondain n’est ni Orwell, ni Malraux, ni Gary, ni Hemingway : écrivains ayant risqué leur peau sur les champs de bataille. BHL, lui, n’ôtera jamais son masque en se portant volontaire auprès de Tsahal. Il n’écrira jamais «La Condition humaine », « La ferme des animaux » ou « Pour qui sonne le glas ». Il n’a ni le courage, ni le talent.

Tentons de comprendre les tenants et les aboutissants de ce conflit conçu comme une superproduction hollywoodienne.

Une fois de plus, les expressions « droit de l’homme » et « démocratie » ont servi de sésame. Il faut sauver le peuple Libyen du futur Massacre de Benghazi ! Les gentils occidentaux vont aller la fleur au fusil d’assaut défendre les opprimés ! Tel est le résumé du scénario. L’Otan est le socle organisationnel. Les figurants viennent de plusieurs pays : tous prêts à donner leur vie dans ce sauvetage.

Les vrais motifs de la guerre ont été exclus du scénario. Celui-ci aurait perdu en efficacité. Ce fut donc une guerre contre les méchants. Après les méchants indiens, les méchants paraguayens, les méchants communistes, les méchants cubains, les méchants irakiens, les méchants serbes… voici une croisade contre les méchants khadafistes ! Les spectateurs, c’est bien connu, n’aiment pas avoir mauvaise conscience… Mais quid des réserves pétrolières (44 milliards de barils) ? Quid des immenses ressources en Gaz ? Quid du contrat sur le satellite de téléphonie ? Quid des contrats de reconstruction estimés à 200 milliards de dollars ? Quid du « dinar or » voulu par l’ex copain Kadhafi ? Car en menaçant de vendre son pétrole en « Gold dinar », Kadhafi s’est attiré les foudres  américaines puisque cela aurait pu entraîner la chute du dollar et du système monétaire actuel. Pour rappel, le dernier chef d’état ayant menacé de vendre son pétrole dans une autre monnaie que le dollar fut Saddam Hussein


source : http://diktacratie.com/la-guerre-en-libye-ou-la-grande-illusion-partie-1/

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu